BBKing : Le roi est mort, vive le roi

In Musique by François SerinLeave a Comment

L’inusable BB King a tiré sa révérence, sur scène (ou presque), après une vie entière consacrée à son graal : le blues. Lui qui donna 342 concerts rien que pour l’année 1952, s’est finalement éteint ce jeudi 14 mai 2015 à Las Vegas en raison de complications liées à son diabète.

BB King est né le 16 septembre 1925 dans une plantation de coton, tout près d’Indianapolis dans le Mississippi. Une enfance difficile, qui est celle de la plupart des pionniers du blues. Il avait tout juste 9 ans lorsqu’il perdit sa mère. Ses racines musicales furent le gospel à l’Église et les chants de travail à la maison.

Le tournant a lieu en 1946, année ou il décide de vivre de la musique et part pour Memphis. Après 9 mois de galère, faute de succès (et d’argent), il doit retourner travailler à la plantation… avant de repartir, en 1948 et de décrocher (enfin!) un engagement dans un club.

bbking
Au fil de sa carrière, sa guitare fétiche fût très vite la Gibson ES335 (rouge de préférence), instrument qu’il collectionna et baptisa invariablement « Lucille » au fil des années, suite à un improbable fait divers : dans un club en Arkansas, une bagarre entre un homme et sa femme (la fameuse « Lucille ») tourna si mal qu’elle provoqua un incendie. BB King sorti en courant, puis, s’apercevant qu’il avait oublié sa guitare, son unique outil de travail, son gagne pain à l’intérieur, il retourna dans l’établissement en feu, réussissant à sauver la six cordes in extremis. Heureux de sa chance, il baptisera à partir de ce moment là toutes ses guitares « Lucille ».
Au delà de l’anecdote (racontée en 1968 dans la chanson éponyme), il nous reste aujourd’hui de BB King quelques grands morceaux de musique, que je ne peux résister à l’envie de partager. Le roi est mort, vive le roi !