2017 n’est plus, vive 2018 ! Alors qu’il y a quelques années, certains prophétisaient la mort inéluctable de l’objet musical et du concept d’Album sous toutes ses formes, force est de constater que les choses ne se passent pas exactement comme annoncé.

Si il est vrai que le streaming prend une place chaque année plus importante dans l’écoute de musique, les ventes de support physique se stabilisent voir progressent depuis 2015! Ces cinq dernières années, les ventes de vinyles neufs ont plus que triplé, selon un rapport du syndicat national de l’édition phonographique (SNEP). Voilà qui pourrait sembler totalement incongru, et pourtant les chiffres sont là. Mieux encore : selon ce même rapport, 48% du chiffre d’affaires du vinyle est le fait d’acheteurs de moins de 30 ans ! Voilà qui est incroyablement encourageant… et réjouissant.

Au moment ou la profusion de musique liée au numérique explose, au moment ou l’accès à des playlists quasi-infinies est possible, un retour à l’objet musical s’impose pour les puristes. On n’écoute pas un vinyle comme on écouterait une stock de fichiers, aussi imposant soit-il. Le vinyle exige un contexte, une attention particulière, permet d’appréhender un univers artistique complet, laisse la porte ouverte à un imaginaire vaste – sans même parler du charme du 33 tours et de son grain sonore incomparable. En ces temps de profusion, retrouver le sens de la quête dans la quête de sens, faire de la rareté une valeur, trouver l’introuvable… voilà qui donne une valeur sentimentale à la musique écoutée, musique dans laquelle il est alors possible de se projeter. Nous sommes bien en 2018 et il semble que les micro-sillons n’ont pas fini de faire rêver. Qui aurait misé là dessus?

King Gizzard and the Lizard Wizard : ils ont sortis 5 LP en 2017 !

King Gizzard and the Lizard Wizard : ils ont sortis 5 LP en 2017 !

 

L’an passé (2017 donc), le groupe Australien King Gizzard & the Lizzard Wizard (formé en 2010) a sorti cinq albums. Oui, vous avez bien lu : cinq albums en un an seulement…! Frank Zappa aurait apprécié la performance, sans nul doute, mais le mot de la fin revient à Neil Young : Hey Hey My My, Rock’n’roll will never die.

Bonne année musicale. 😎

Vous avez aimé ?