René Chateau Vidéo, La mémoire du cinéma français

In Cinéma by François SerinLeave a Comment

René Chateau fut successivement l’attaché de presse de Jean-Paul Belmondo, son chargé de communication, l’actionnaire de sa société de production Cerito Films et son associé dans Cerito-René Chateau Distribution qui fit de Belmondo, le seul acteur au monde, depuis Charles Chaplin et la création de United Artists, à être distributeur de ses propres films.

payssans

Pendant quinze ans, le tandem Belmondo-Chateau accumula les succès populaires dont Flic ou Voyou, Le Professionnel, Le Guignolo, Les Morfalous, etc. Ils comptent parmi leurs réussites, les deux records de fréquentation du cinéma français. René Chateau a été également le promoteur de Bruce Lee (La Fureur du dragon : 1 000 000 d’entrées à Paris).

En 1979, désirant faire partager sa passion, René Chateau se lança, sans aucune subvention, dans une importante entreprise de restauration et de redécouverte du patrimoine cinématographique français avec sa collection vidéo La Mémoire du cinéma français. À partir de 1999, il édita 400 films en DVD dont les trois chefs-d’œuvre de Jean-Pierre Melville (Le Samouraï, Le Deuxième Souffle et L’Aîné des Ferchaux) ainsi qu’En cas de malheur, La Traversée de Paris de Claude Autant-Lara, Le Salaire de la peur et Les Diaboliques d’Henri-Georges Clouzot, Classe tous risques de Claude Sautet, Rocco et ses frères de Visconti, Voici le temps des assassins de Julien Duvivier, Le Fruit défendu d’Henri Verneuil, Boule de suif et Fanfan la Tulipe de Christian-Jaque, Une journée particulière d’Ettore Scola, Entrée des artistes de Marc Allégret, Volpone de Maurice Tourneur, Fortunat, vingt films de Jules Berry et les meilleurs de Sacha Guitry.

En coédition avec TF1 Vidéo, il publia aussi tous les films de Jean Gabin dialogués par Michel Audiard tel que Mélodie en sous-sol, Le cave se rebiffe, Le Gentleman d’Epsom, Le Sang à la tête, Un singe en hiver, Les Grandes Familles, Rue des prairies, Le Baron de l’écluse, etc.

journ+®e part

René Château est une figure controversée et un homme complexe. C’est un amoureux du cinéma, collectionneur passionné (de films et d’affiches), un touche-à-tout baroudeur, franc-tireur, qui ne s’est pas fait que des amis (à cause de ses positions et aussi de ses méthodes), mais dont tout le monde reconnaît le rôle essentiel qu’il a joué pour la mémoire et la distribution du cinéma en France.

Il affirme, en cherchant à provoquer les apôtres du cinéma d’auteur :

« La culture cinématographique d’aujourd’hui, c’est le cinéma de divertissement d’hier. »

C’est aujourd’hui un événement exceptionnel à Lyon, au 13 bis de la rue Lanterne, que la Bourse des films puisse vous offrir cette collection fantastique, à un prix que l’on ne verra plus jamais.

images