Le retour de Corto Maltese

In Actualité, Bandes dessinées by François SerinLeave a Comment

« Sous le soleil de minuit » signe le grand retour de Corto Maltese, après 23 ans d’attente. C’est peu dire que ce come back est un événement. Hugo Pratt, son génial créateur décédé en 1995, ce sont les espagnols Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero qui prennent la relève. Et quel défi! Pas simple de ressusciter une telle légende pour une 13ème aventure, de retrouver le souffle des albums originaux, ces sommets d’aventures, d’érudition, d’ésotérisme… Sans parler du trait inimitable de Pratt! Serait-il fier de ce nouvel avorton? La poésie et le mystère sont-ils au rendez-vous de ce nouveau voyage?

Pour nous la réponse est clairement plutôt oui. Le dessin déjà, qui a défaut d’apporter une quelconque révolution, rend un hommage appliqué au génie de Pratt et ne dépareille aucunement avec les autres aventures de notre atypique marin. Pellejero, dont on s’ait l’amour pour le dessinateur de Corto depuis Le Poignard D’Istambul, a su retrouver l’esprit graphique de son mentor, sans pour autant se renier lui même. Il redonne littéralement vie au personnage.

Corto_planche 6

L’intrigue, très développée, apporte également son lot de satisfactions. Canales (l’auteur deBlacksad) s’en est donné à cœur joie, multipliant les personnages, les rebondissements. Peut-être la poésie et l’ésotérisme de la série originale s’est quelque peu estompé, mais cela est contrebalancé par le flegme et l’élégance intacte de Corto Maltese, ainsi que par la galerie haute en couleur que l’auteur nous présente : un explorateur black éclipsé par Peary, un boxeur épris d’une chipie, un pirate renégat à la solde d’un inuit fou de Robespierre et j’en passe…

L’extraordinaire pari que consistait ce retour de Corto Maltese est donc plutôt réussi, sans être une véritable claque non plus (mais qui s’y attendait?). Ce numéro 13 doit plutôt être vu comme le début d’un nouveau cycle qu’il nous faudra juger sur la durée. A suivre donc…

corto planche 1

corto_couv